Les eaux roses de la mangrove de Taupinière en Martinique

Publié le 9 juillet 2020 — Modifié le 9 juillet 2020

Depuis le début du mois de juin, les eaux roses de la mangrove de Taupinière (Le Diamant) sont largement diffusées sur les réseaux sociaux. Ce phénomène appelé "eau colorée" a aussi été observé en Guadeloupe dans les mangroves des communes de Sainte-Rose et de Saint-François.

Les mangroves sont des écosystèmes indispensables car elles constituent des frayères pour de nombreuses espèces de poissons et de crustacés. C'est dans les mangroves que grandissent les juvéniles de beaucoup d'espèces avant de regagner la mer pour poursuivre leur vie. Pourtant, ces écosystèmes sont sensibles aux conditions environnementales et aux pressions liées à l'activité humaine.

Quels sont les organismes impliqués dans cette coloration des eaux ?

Les premières investigations menées conjointement par l'Ifremer de Martinique et l'Université des Antilles ont révélé que les organismes impliqués dans la coloration de l'eau de Taupinière sont des bactéries sulfureuses. Ces microorganismes se développent uniquement dans des milieux dépourvus d'oxygène. C’est le cas actuellement dans la mangrove de Taupinière où des mesures ont mis en évidence une anoxie du milieu (absence d'oxygène dans l'eau).

Différents groupes de bactéries sulfureuses ont été observées sur le site de Taupinière. Tout d'abord, les bactéries sulfureuses pourpres présentes en suspension dans la colonne d'eau en nombre important et qui sont responsables de la couleur rose à pourpre de l'eau. Ces bactéries de petite taille (de l'ordre du micromètre) et non pathogènes pour la population humaine, synthétisent des pigments appartenant au groupe des caroténoïdes qui leur donnent leur couleur caractéristique. Des bactéries sulfureuses vertes synthétisant de la chlorophylle ont également été retrouvées. Ces bactéries sont responsables des colorations vertes présentes localement sur le sédiment et les racines des palétuviers. Enfin, des plaques blanches ont aussi été observées à la surface de l'eau et à proximité des bactéries sulfureuses vertes. Cette coloration laiteuse est rendue possible par l'expulsion de granules de soufre contenus dans certaines bactéries sulfureuses.

Des analyses complémentaires sont actuellement en cours pour identifier les différentes espèces de bactéries sulfureuses présentes dans la mangrove de Taupinière. L'hypothèse émise concernant la responsabilité de la micro-algue Dunaliella salina comme acteur majeur des phénomènes observés dans la mangrove de Taupinière n'est pas confirmée par nos premières investigations.

Comment survient ce phénomène d'eau colorée ? 

Les eaux roses dues au développement des bactéries sulfureuses surviennent lors d'un apport en matière organique qui va constituer un enrichissement dans le milieu. Des bactéries aérobies (ayant besoin d’oxygène pour se développer) vont dans un premier temps dégrader la matière organique présente en excès et provoquer une anoxie du milieu (absence d'oxygène dans l'eau), créant les conditions favorables pour le développement des bactéries sulfureuses pourpres et/ou vertes. Comme en Guadeloupe, l'échouement de sargasses pourrait être l'élément déclencheur des eaux roses à Taupinière en ce mois de juin 2020.  
Les températures élevées persistantes ainsi que les fortes salinités mesurées ont pu exacerber ce phénomène d'eau colorée, ces deux paramètres ayant un effet sur la solubilité de l'oxygène dans l'eau.

Il est important de noter que les colorations roses peuvent avoir lieu quelque que soit la nature de l'apport de matière organique en décomposition. Elles peuvent aussi survenir dans des eaux ayant une salinité proche de l'eau de mer : c'est le cas en Guadeloupe où les eaux roses sont survenues avec des salinités variant entre 30 et 40 g/l. A Taupinière, des salinités plus élevées ont été mesurées. Elles varient entre 60 et 90 g/l.

Quand ce phénomène va-t-il disparaître ?

La coloration de l'eau s'estompera quand la saturation en oxygène augmentera. Cela sera possible quand le cordon littoral ne représentera plus un obstacle important pour la circulation de l'eau entre la mangrove et la mer (pluies et marées hautes). Le milieu deviendra alors aérobie (présence d'oxygène dans l'eau) et les bactéries pourpres, n'ayant plus de conditions favorables, disparaîtront. A l'inverse, cette coloration rose pourra réapparaître lors de prochains enrichissements en matière organique (algues, feuilles de palétuviers) en décomposition entraînant des conditions anaérobies.