Focus sur les phoques en France métropolitaine

Publié le 2 juillet 2019 — Modifié le 8 juillet 2019

Deux espèces de phoques fréquentent les côtes françaises métropolitaines : le phoque veau-marin et le phoque gris. Les colonies de la Manche, les plus méridionales d’Europe, ont une importance particulière pour le maintien de l’aire de répartition de ces deux espèces. Par ailleurs, le phoque veau-marin et le phoque gris sont classés en annexe II de la Directive Habitats Faune Flore (92/43/CEE), en raison de leur intérêt patrimonial élevé.

Le Phoque Veau-marin

Le phoque veau-marin revient à terre pour se reproduire, muer et se reposer. Espèce grégaire en dehors de l’eau, elle peut se reposer en groupe de plusieurs centaines d’individus. Les habitats fréquentés habituellement par le Phoque veau-marin sont principalement les côtes sableuses (notamment en mer du Nord et en Manche) mais les côtes rocheuses peuvent également être utilisées (par exemple en Irlande, Ecosse et Islande). L’espèce plutôt côtière affectionne les plages, les baies abritées, et les larges estuaires offrant de nombreux bancs de sable qui se découvrent à marée basse. Elle préfère les bancs de sable longeant des chenaux profonds qui lui offre la tranquillité et lui permettent de se jeter à l’eau très rapidement en cas de danger. Son activité est rythmée par le cycle des marées et les saisons. L’utilisation des reposoirs de haute et de basse-mer est associée aux conditions climatiques, à l’heure et au coefficient de la marée. La gestation dure environ 11 mois. Les mises-bas ont lieu de mi-juin à mi-août, le plus souvent sur les bancs de sable découverts. Les femelles mettent généralement au monde un jeune chaque année. 

Le Phoque gris

Espèce habitant exclusivement les eaux froides de l’Atlantique Nord et de la Baltique, on distingue trois populations de phoque gris : celle de l’Ouest de l’Atlantique Nord (Terre-Neuve, Canada) ; celle de l’Est de l’Atlantique Nord (Royaume-Uni, Irlande, Pays-Bas, Allemagne, Danemark, Russie, Islande, France, avec la limite sud de l’aire de répartition sur les côtes françaises de la Bretagne) et celle, isolée, de la mer Baltique. Près de la moitié des effectifs mondiaux fréquente les eaux du Royaume-Uni (111 600 individus estimés en 2013), ce qui fait de la population de l’Est de l’Atlantique Nord la plus importante en termes d’abondance. Le phoque gris préfère généralement les côtes et plages rocheuses bordées de falaise, et les sites de reproduction privilégiés sont souvent dans les îles et îlots à quelques distances de la côte.

Plus gros et plus puissant que le Phoque veau-marin, le dimorphisme sexuel est également beaucoup plus marqué que chez ce dernier. Les mâles mesurent en moyenne 2,50 m pour un poids moyen de 240 kg. Ils présentent un pelage gris plus sombre que les femelles et uniforme avec quelques tâches claires. Les femelles quant à elle mesurent 1,80 m et pèsent 150 kg en moyenne. Le contraste est inversé : elles ont un pelage plus clair, parsemé de taches sombres. La période de reproduction et celle des naissances varient sensiblement en fonction des populations de phoques gris et des régions. En France et autour des îles britanniques, elle s’étale de septembre à décembre.